03/08/2013

25 millions de passagers à Genève aéroport: comment?

Dans un aéroport dèjà surchargé, le directeur de l'aéroport parle de la possibilité d'accueillir 25 millions de passages par an. Comment?


Il semblerait que l’avion d’affaires qui s’est écrasé à Annemasse le matin du lundi 4 mars n’avait pas pu atterrir à Genève la veille, en raison d’une surcharge de trafic.Selon Monsieur Bernard Stämpfli, porte-parole de l'aéroport


Il est tout a fait possible que cet avion n'ait pas trouvé un créneau pour atterrir à Genève dimanche. Il arrive de temps en temps, surtout en hiver et pendant le salon de l'auto, que de petits avions soient contraints d'atterrir à Annecy, Chambéry, Annemasse ou Lausanne».

Dans le même temps, le directeur de l’aéroport évoque 25 millions de passagers d'ici 2020 (contre 13 millions actuellement). Même si ses objectifs ambitieux pour les vols long-courriers, peut-être une douzaine de vols quotidiens (aller et retour) d’avions à 250 places, se réalisent, restera à accommoder 10 millions de passagers supplémentaires par an, ce qui représenterait 100’000 mouvements d’aviation de ligne par an, soit 250 mouvements par jour (6 heures d’utilisation de la piste).

Comment y arriver?

En augmentant massivement les vols de nuit, dont des atterrissages dès 5h du matin?

En détournant systématiquement des avions d’affaires à Annemasse, Annecy ou Lausanne?

En construisant un aéroport dédié à l’aviation d’affaires (Annemasse, Prangins)?

En allongeant et/ou déplaçant la piste B (aviation légère)?

Qu’en dites vous, Monsieur Deillon?

The comments are closed.